Histoire du rotomoulage

Les toutes premières traces de fabrication d’objets creux par rotation

Le tout premier brevet de machine à rotomoulage date de 1935 mais les premières traces de l’utilisation de machines adoptant le principe de rotation sur deux axes (bi-axial) remonte à la fin du 19ème siècle. Cette machine sert alors à fabriquer des munitions d’artillerie (les polymères n’ont pas encore été découverts).

Le brevet, en tout cas la documentation de l’époque, établie par R. Peters of Britany décrit une machine composée de deux axes de rotation entrainée par une paire d’engrenages biseautés.

Plusieurs personnes utiliseront ensuite ce procédé : en 1905, aux Etas-Unis, F.A. Voelke s’en servira pour mouler des objets en cire, G.S. Baker et G.W. Perk s’en inspireront pour créer des œufs en chocolat en et R.J. Powell continuera de développer le procédé pour s’en servir dans le moulage de  plâtre, issu du gypse parisien, dans les années 1920.

En réalité, ce mode de fabrication d’objets creux pourrait remonter à des origines bien plus lointaines encore. Au 17 siècle, en Suisse, des objets creux en forme d’œuf existaient déjà.

En cherchant encore plus loin, on retrouve dans l’art égyptien et grec des céramiques creuses élaborées par la technique connue aujourd’hui sous le nom de slip casting.

L’avènement du plastique et la naissance du rotomoulage

Le rotomoulage tel qu’on le connaît de nos jours est véritablement né dans les années 1930 – 1940, grâce à l’introduction du PVC. Le polychlorure de vinyle, qui a d’abord été découvert par hasard, est mélangé, en 1926, avec des additifs, par la société B.F. Goodrich (qui a cédé son activité pneumatique à Michelin en 1990). Il devient plus flexible et plus facile à fabriquer et va grandement  se développer pour atteindre le succès commercial qu’on lui connaît.

Dès lors, les plastiques ne vont cesser d’évoluer et de s’améliorer, ce qui va permettre une utilisation de plus en plus fréquente du processus de rotomoulage.

Le développement du rotomoulage

Son développement s’accélère considérablement durant les années 1950 grâces notamment aux programmes de recherches lancés par les Etats-Unis lors de la seconde guerre mondiale.

Une des toutes premières applications concrètes est la fabrication de tête de poupées. Les machines servant à cette sérialisation possédaient un mécanisme inspiré par les essieux arrière conçus chez General Motors et des bruleurs à gaz fixés au sol. Les moules étaient composé d’un alliage nickel-cuivre et le plastique était un PVC liquide de type plastisol.

S’en suit alors une utilisation de plus en large du procédé de rotomoulage qui ne cessera de s’accroître ensuite grâce à l’invention des nouveaux types de plastiques comme le polycarbonate, le polyester et le polyéthylène.

En 1976, afin de faire prendre conscience des progrès et des possibilités infinies du rotomoulage, l’association ARM (Association of Rotational Moulders) vit le jour à Chicago. Son équivalent francophone, l’AFR (Association Francophone des Rotomouleurs) est créé en le 28 juin 2001.

Continuez la lecture pour en savoir plus sur le rotomoulage :

Que pensez-vous de cette page ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 avis - note : 4,00 sur 5)
Loading...

0e11eef57b557ae439e1f1d1663149ccllllllllllllllllllllllllllllllll